Publié le 24 Mai 2022

Le titre correspond tout a fait au sujet de ce roman. Son auteur n'a que vingt-huit ans quand il est publié en 1958.

L'histoire se déroule au sein d'un clan, au Nigéria, dans les années cinquante. Le clan est composé de villages qui appliquent tous les mêmes règles de vie, depuis des millénaires semble-t-il, où les ancêtres et les dieux ont une place importante. Le personnage central est un jeune homme très ambitieux, il veut être riche et puissant. Ayant beaucoup souffert de la réputation de son père, il ne veut en rien ressembler à celui-ci.

Nous assistons à son ascension sociale, occasion de découvrir la société et les coutumes du clan. Par exemple, les gens ne discutent pas les décisions prises par les anciens. Il existe une hiérarchie entre les anciens qui repose sur les mérites de chacun. Tout se déroule sans heurts même si à nos yeux, les règles peuvent s'avérer cruelles. Par exemple, les jumeaux sont abandonnés à leur naissance dans la forêt parce qu'ils portent malheur.

Certains sont moins bien lotis que d'autres, mais l'exemple du héros laisse à penser qu'il est possible d'évoluer.

Dans une seconde partie, l'homme et sa nombreuse famille – il a trois femmes – doivent s'exiler. Aucune discussion n'a eu lieu, c'est l'application de la règle. Grâce à l'entraide familiale et amicale, leur exil de sept années est surmonté.

La troisième partie est celle du retour au village, la reconstruction du domaine et … l'arrivée des blancs.

À vous de découvrir comment les évènements se déroulent. Le parti pris des colons anglais de savoir ce qu'il faut, ce qui est, ce qui doit être, est glaçant. Cette assurance démesurée du savoir emporte tout sur son passage telle une vague immense et destructrice.

Ce livre est plus qu'un roman magnifiquement écrit, c'est un document anthropologique sur les conséquences du colonialisme en Afrique. C'est édifiant et instructif.

L'effondrement se déroule en quelques mois, cette vague submerge toutes les croyances, les piliers millénaires sur lesquels la société fonctionnait. Glaçant.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature nigériane

Repost0

Publié le 27 Avril 2022

Quel plaisir de lecture, ces courts chapitres, si fluides, avec de beaux personnages, la culture indienne, les Chippewa, les Cree, quel plaisir !

Et puis on est happé par ces histoires mêlées, les conditions de vie de ces indiens dans leur réserve sont rudes. Leur volonté, leur force, leurs valeurs l'emportent et cette lecture est vivifiante, revigorante, pleine d'espoir.

L'auteure nous raconte une histoire vraie, passée en 1954, celle d'un homme qui découvre que le gouvernement américain a décidé de voter la « termination ». Cela sonne comme terminer et extermination. En fait, un sénateur mormon a fait une proposition de loi visant à émanciper les derniers indiens. Ceux-ci vivent depuis plusieurs générations dans leur réserves. Supprimer le principe des réserves est louable en soi mais il consiste aussi à supprimer les contributions financières qui les aident à survivre et à occuper des terres pauvres où ils sont reclus. Et cette loi serait en quelque sorte l'ultime étape pour se débarrasser d'eux.

Cet homme, Thomas, n'a pas dit son dernier mot. Il va se défendre et défendre les siens pour empêcher cette termination, à sa manière d'homme pacifique, ouvert et lucide. L'histoire s'est répétée, les indiens ne peuvent oublier les spoliations et la violence qu'ils ont subie dans les pensionnats où ils devaient obligatoirement grandir.

Bien évidemment, le « Termination Act » est voté sans jamais solliciter les intéressés. Une fois encore, ils ne sont ni considérés, ni respectés.

Quel bonheur de lire ce livre enchanteur, prix Pulitzer 2021 !

Toutes ces coutumes indiennes sont si belles, si aimantes, si respectueuses au plus près de la Nature et des hommes.

Les personnages sont touchants dans leurs imperfections humaines. Difficile de quitter cette lecture bienfaisante. On est loin de la violence de « La malédiction des colombes ». Ce récit est plein d'amour dans une société qui reste brutale à l'égard des indiens. Gageons que cette brutalité a cessé depuis cette époque... Même si Louise Erdrich évoque les agissements de Trump contre certaines communautés indiennes dans ses remerciements.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0

Publié le 22 Avril 2022

Voici un très beau livre sur la filiation avec suspens jusqu'au bout. C'est très facile à lire et en même temps, intéressant. C'est curieux car j'ai beaucoup aimé et je ne suis pas triste de l'avoir terminé. Peut-être que l'écriture n'est pas très puissante ; pourtant il y a de très belles images. Et puis avec le temps, tout s'efface, plus d'impression, plus de souvenir à propos du récit. Très étonnant.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 8 Avril 2022

Joyce Maynard nous guide très gentiment, on croit toujours tout deviner, et puis non. C'est très bien fait, très bien construit. Voilà le type de livre qui se dévore malgré une ambiance pesante car il y a une fascination incroyable pour les personnages et les situations, alors qu'ils sont si éloignés de nous. Preuve de grande qualité.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0

Publié le 8 Avril 2022

Ce livre est un fourmillement d’idées sur tous les sujets, très stimulant pour écrire. C’est extraordinaire comment la fiction et la réalité sont mêlées dans ce récit pour en extraire de vraies réflexions sur la liberté de penser, d’être, l’idéalisme, et la réalité crue de l'état de femme. Il y a aussi la psychanalyse, la lutte contre les principes éducatifs pour faire jaillir une personne auto déterminée… C’est très prenant et ardu comme la vie. Il faut un peu se battre pour suivre ses débats intérieurs, surtout lire ses pastiches de mauvaise littérature réalisés à la demande de personnes de télévision pour de mauvais scénarios. Bref, c’est éblouissant.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature britannique

Repost0

Publié le 8 Avril 2022

L'auteure nous raconte sa vie peu banale de star du cinéma porno, son parcours pour y arriver, en se déshabillant sur des scènes de discothèques suisses par exemple. Elle a énormément de plaisir à être actrice, elle se sent à sa place dans cet univers où elle se lie d'amitié avec des collègues. A contrario, elle semble très seule hors de sa vie professionnelle, et voudrait être totalement transparente, voire disparaître. Cette personnalité effacée va attirer le pire qui sent la proie idéale ...

Céline Tran n'a pas fait fortune, loin de là, elle vit dans un modeste studio, doit emprunter pour acheter une voiture ; c'est très surprenant pour cette actrice mondialement reconnue. Combien gagne une actrice lambda du porno ? Et un acteur ? Car c'est un des rares métiers où les hommes sont moins payés que les femmes.

Puis elle découvre la contorsion, le cirque, le yoga, elle excelle dans toutes les disciplines. Elle va au bout de son corps pour s'entendre avec lui.

Céline Tran a le courage de partager son expérience, sans fioritures, tout en sachant bien combien sa condition d'ex actrice du porno lui ferme beaucoup de portes, et peut dévaloriser son témoignage. Or celui ci revêt beaucoup d'intérêt sur la place du corps, comment celui ci peut prendre le pas sur l'esprit, lui donner de la force, de la satisfaction, de la confiance en soi. Un léger bémol sur l'écriture, mais cela n'a pas trop d'importance par rapport à l'intérêt du livre.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Document

Repost0

Publié le 31 Mars 2022

Un petit garçon de huit ans se retrouve seul dans un modeste quartien parisien, au début du 20ème siècle, à vivre avec sa grand-mère qui perd la tête. La République Française va se charger de s'occuper de l'un et de l'autre. Nous suivons le petit enfant dans ses diverses situations; Chacune est pire que la précédente, si cela est possible. Entre autres, il est enfermé à la célèbre prison de la Roquette, vraiment effrayante : cellules individuelles, jamais aucune possibilité de voir visage humain, le froid, la faim, les viols répétés par les gardiens.

Très vite, le garçon comprend qu'il sera toujours à part de la société, non seulement parce qu'il vient de l'Assistance Publique mais par ce qu'il aura enduré. Seul. Venir de l'Assistance Publique est un danger potentiel pour l'extérieur. Entre cette réputation honteuse et le manque de soin et d'attention qui aident à grandir, la violence ne peut être qu'au rendez-vous.

La République s'acharnait sur le sort de ces pauvres enfants, en les utilisant comme esclaves dans les fermes ou les usines. Il leur fallait attendre leur majorité de vingt et un an pour être enfin libres. Ils restaient malgré eux prisonniers à vie de cette enfance gâchée, voire de leur incapacité à pouvoir s'insérer dans une vie « normale » dont ils ignoraient les règles. En effet, tout était organisé pour rendre ces êtres innocents complètement fous.

Et c'est un journaliste qui va mettre fin à ce cauchemar étatique. Il va enquêter et publier ses résultats qui révolteront la société, à l'instar de ce qui vient de se produire avec nos maisons de retraite.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 20 Mars 2022

Mathilde, une solide alsacienne de vingt ans, part pour le Maroc après la seconde guerre mondiale. Elle va y retrouver son mari, Amine, qu'elle a rencontré en France alors qu'il y combattait. Il a reçu des terres de son père qu'il veut exploiter. Tout ne se déroule pas comme prévu. La confrontation entre la culture française et la culture marocaine est dépeinte avec finesse, chacune ayant ses excès et ses bons côtés. Les personnages ne sont pas du tout parfaits, ils sont étonnants, à l'instar de la surprise que l'un ressent pour l'autre. Chaque scène est l'occasion de découvrir la vie au Maroc avant son indépendance, les gens qui vivent les uns à côté des autres, le racisme ordinaire.

Puis vient un tournant dans l'histoire de ce couple, las de ne plus réussir à trouver de la complicité, à communiquer, chacun campe sur ses positions et Amine, qui a la liberté et l'argent, se détourne de son foyer. Elle, elle s'oublie dans ses tâches quotidiennes.

Tout à l'image de ce couple qui n'en peut plus mais doit cohabiter, la population indigène n'en peut plus de ces vexations quotidiennes et les colons s'accrochent à leurs prérogatives.

Les enfants sont toujours les premières victimes de ces dissenssions, ils prennent pour argent comptant tout ce qui se passe, sans aucun recul, ni armure pour se protéger.

Et quelle folie cette colonisation ! Les gens vivent les uns à côté des autres pendant des générations, les uns exploitent les autres pendant des générations et les uns méprisent les autres pendant des générations. A quoi pensait-on ?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 14 Mars 2022

Après la seconde guerre mondiale, Joseph Kessel entend parler d'un certain Felix Kersten, masseur d'Himmler, qui aurait sauvé la vie à de nombreuses personnes pendant ces années noires. Kessel n'arrive pas à croire à cette histoire et rencontre Kersten pour en savoir plus; cela va au delà de ce qu'il pouvait imaginer. Ce livre retranscrit sous forme romancée ce qu'il a pu apprendre de Kersten. Et c'est incroyable.

Kersten a un parcours familial compliqué avant d'arriver à être le masseur officiel d'Himmler, il a changé plusieurs fois de nationalité et a trouvé sa voie de masseur un peu par hasard. Et pourtant celui qui va lui transmettre toute sa science n'est rien d'autre qu'un moine tibétain qui l'attendait depuis des années. Il repartira dans sa lamasserie au bout des trois années d'apprentissage de Kersten.

Bref, Kersten va manipuler Himmler au sens propre, comme au sens figuré, et avoir un courage démesuré pour limiter les exactions des nazis.

Au delà du récit, passionnant, haletant et bien évidemment très bien écrit, il y a la question de la guerre, des gens fous qui prennent le pouvoir et deviennent incontrôlables. Ce livre est à mettre en toutes les mains, il n'a rien de suranné, preuve supplémentaire de grande qualité.

Incompréhensible que ce livre n'ait pas eu plus de succès, de retentissement, qu'il soit moins connu que « Le lion ». Est-ce le titre, évocateur, qui n'est pas la hauteur ?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 3 Mars 2022

Voilà un roman unique, étrange, fascinant et magnifiquement réussi.

Klara et Rosa sont installées dans une vitrine. Klara est contente car elle attendait ce moment depuis quelques temps. Elle peut se régénérer avec le Soleil derrière la vitre. Et observer les gens qui sont dans la rue. Elle découvre la vie. Elle s'étonne de ce qu'elle voit. Gérante range Klara et Rosa le soir.

Klara est une AA, une amie artificielle. Ishiguro utilise quelques termes nouveaux pour désigner des objets ou des personnages, sans les enfermer dans une définition connue, afin de laisser toute latitude à l'imagination. Il crée tout un univers, des décors changeants et en partie inspirés par ce que nous connaissons.

Assez vite, Klara est déroutante par ses ressentis, ses capacités aussi, elle apprend pour se préparer à être une bonne amie pour l'enfant qui la choisira.

Impossible de raconter la suite, ce serait criminel tant cette histoire est novatrice.

Dans un cadre totalement différent et mystérieux, les besoins de réussite, de se conformer au groupe, de combattre la maladie … restent des luttes identiques aux nôtres, ce qui permet au lecteur de s'identifier aux personnages. Les règles étant inconnues et puissantes, tout peut vraiment arriver. L'imagination du lecteur s'emballe.

Est-ce que c'est parce que Klara nous raconte l'histoire, qu'elle seule est sympathique ? Elle est au même niveau que le lecteur, les réactions des autres sont imprévisibles parfois parce qu'il lui manque des informations sur le fonctionnement de cette société. Cette AA fait preuve de plus d'humanité que les autres personnages. Est-ce que posséder une machine « aimante » dédouane d'être aimant soi-même, surtout avec elle, puisqu'elle ne décevra jamais, et ne nous oblige en rien ? Ce n'est qu'une machine.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature britannique

Repost0