Publié le 11 Avril 2021

La première partie de ce roman nous prévient d'une tragédie à venir et nous y conduit, la seconde décrit comment la vie peut ou ne peut pas continuer malgré elle.

Nous suivons l'histoire d'Agnès et son mari à Stratford, en Angleterre, à la fin du 16ème siècle, l'arrivée des enfants, le père qui construit sa vie professionnelle à Londres. Son nom et son prénom ne sont jamais donnés, celui de son fils, maintes fois répété, est Hamnet, qui donnera son nom, Hamlet, à une des plus célèbres pièces de son illustre père.

Outre que le sujet n'est guère heureux, le récit est alourdit par de complaisantes descriptions, des allers-retours incessants dans le temps, et le pire, des suppositions si et alors si, sinon. Nous avons même le privilège de suivre la vie d'une puce venant d'Egypte jusqu'à Stratford, en passant par Murano. Le personnage d'Agnès a une prescience de ce qui peut advenir mais ne communique pas. La famille est pure et parfaite, entourée d'épouvantables méchants.

Bref, le charme n'est jamais venu, l'impatience et l'agacement ont dominé. L'imagination ne s'est jamais mise en route.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature britannique

Repost0

Publié le 5 Avril 2021

Le titre improbable donne une petite idée du ton résolument original de ce roman coréen.

Le héros est un chamane – tout au moins c'est ce qu'il veut faire croire à ses clients – qui fait des incantations et des divinations pour des gens désespérés. Il dispute ses clients pour les impressionner, c'est très amusant, et pratique des tarifs élevés pour les impressionner encore, et surtout pour commander des costumes sur mesure en Italie. Pour mieux les bluffer, il s'appuie sur les recherches internet de sa sœur, ex-collaboratrice du FBI, qui trouve tout ce qui doit être trouvé. Un autre personnage complète le trio, un gros bras chargé des recherches « physiques », et de faire peur aux malotrus qui s'intéressent de trop près à leurs affaires.

Celles-ci s'enchainent, elles s'approchent des milieux de pouvoir, où les chamanes ont semble-t-il une certaine influence. Elles intéressent aussi un duo de policiers.

L'auteure interpelle le lecteur, le fait revenir en arrière sur les faits, ce qui est rare et dépaysant, et met des commentaires en bas de page, pour une plus grande proximité. Le doute plane parfois sur la traduction, mauvais accords entre autres qui obligent à relire la phrase, mais la qualité du roman l'emporte vraiment. C'est aussi l'occasion de lire de la littérature Sud-coréenne, ce qui n'est pas si courant.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature coréenne

Repost0

Publié le 20 Mars 2021

Ce réjouissant livre – l'auteur raconte les faits de façon très amusante – traite d'un sujet important : être hypersensible n'est pas de tout repos. Maurice, puisque d'entrée de livre il y a une proximité établie avec le lecteur, nous raconte les cinquante premières années de sa vie, sa famille, son travail, ses amours. Arrivé à un certain moment de son existence, il n'en peut plus, ne peut plus continuer ainsi et décide de consulter. Il est pressé, il va voir un analyste pendant trois ans puis essaie tout ce qui peut accélérer l'amélioration de son état … d'hypersensible. Alors il relie tout ce qui l'a constitué à la lumière de cette découverte. Et souhaite faire partager à ses lecteurs les difficultés rencontrées. Régulièrement, sa thérapeute intervient pour compléter ce qui a été décrit par des références à des études scientifiques, des constats effectués sur sa patientèle, etc …

Ce livre dévoile toutes les caractéristiques des hypersensibles : la misophonie (ne pas supporter les sons de mastication par exemple), une trop grande empathie, le manque de confiance en soi, le perfectionnisme, … A vous de les découvrir et, qui sait, de vous y retrouver.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Document

Repost0

Publié le 16 Mars 2021

Ce livre est déroutant parce qu'assez vite la question de l'objet de ce livre se pose. A première vue, il s'agit de la triste histoire d'une famille centrée sur la déficience d'un enfant et, en parallèle, la vie de Buster Keaton, célèbre réalisateur et acteur de films burlesques américains du début du siècle dernier. Tout ce qui a trait à cet acteur génial est très intéressant et aurait pu être rassemblé dans un article.

Pour le reste, l'intérêt de ce roman pourtant très bien écrit m'a échappé.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 11 Mars 2021

Les Allemands ont envahi la France en 1940. Maintenant, imaginez un peu la suite. Ils ont exproprié les gens, pris leurs ressources, affamé les Français. Ceux-ci n'ont eu comme seule espérance de survie que d'émigrer en Allemagne. Là, ils ne sont pas considérés comme des Allemands, ils vivent dans des bidonvilles à l'écart. Toutes les générations d'Allemands les harcèlent, dès le plus jeune âge. Ils doivent germaniser leurs noms et prénoms. Etant donné que les Français sont bagarreurs et paresseux, ils ne sont pas embauchés par les entreprises locales.

Voilà ce qui s'est passé avec les Coréens un peu avant la seconde guerre mondiale. Entre temps, les puissants de ce monde se sont partagés leur nation. Et l'ostracisation continue. Les enfants nés ensuite sur le sol japonais n'ont pas droit à la nationalité japonaise. Ils doivent dès l'âge de quatorze ans demander un visa, à renouveler tous les trois ans. Dissuasif. Et les enfants de ces enfants doivent faire de même. Alors que faire ? Résister encore et encore ? Travailler plus qu'un Japonais ? Se faire passer pour un Japonais ? Renoncer à son identité coréenne ?

Les Coréens ont ouvert des salles de Pachinko où ces machines de Pachinko ravissent les Japonais joueurs. Ils s'agit de sorte de flippers qui permettent de gagner le gros lot. Ces salles sont plus ou moins liées à la mafia et ont très mauvaise réputation.

Pachinko est un roman riche de toute cette histoire, raconté merveilleusement bien, beaucoup d'images, d'évènements surprenants. Une fois encore, la fiction fait son œuvre, le lecteur, attaché aux personnages, souffre avec eux des affres de ces règles odieuses.

La difficulté de vivre dans ces conditions pousse certains au mensonge, en faisant croire qu'ils sont japonais. Ils doivent se couper de leur famille et craindre tout au long de leur vie d'être découverts. Les familles aisées japonaises font de nos jours des recherches sur les conjoints potentiels de leurs enfants afin de vérifier qu'ils n'ont pas d'origine étrangère ou Burakumin, c'est à dire de classe inférieure.

Comment ces « Coréens », qui sont nés et ont toujours vécu au Japon, ressentent-ils la situation actuelle ? Ont-ils envie d'aller en Corée ? En tous cas, quelle histoire !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0

Publié le 26 Février 2021

Gifty, une jeune californienne, consacre toute ses journées à la recherche sur la dépendance aux opioïdes. Elle n'a pas d'amoureux-se, très peu d'amies, une mère qui habite loin, en Alabama. Or cette mère lui est adressée par le pasteur car elle est en profonde dépression. Elle se retrouve ainsi à avoir la charge de cette femme qui ne se lève pas de son lit, refuse de manger et ne parle plus.

Gifty est obligée de faire face, et tous les souvenirs enfouis refont surface. La mère pensait offrir un bel avenir à son fils, ce fils a disparu tragiquement, le père a préféré la culture ghanéenne à l'américaine. Gifty – un cadeau ? - sait qu'elle n'avait pas été désirée, sa mère le lui a dit bien souvent.

Toutes ces douleurs sont évoquées en douceur, par petites touches délicates, sur fond d'église omni-présente, de déracinement culturel et de racisme ordinaire.

Yaa Gyasi dévoile peu à peu la façon dont les malheurs sont arrivés, avec des chapitres courts, pour laisser souffler son lecteur reconnaissant. La narration est délicate, rythmée, parfaite.

Le sujet central de ce magnifique roman est la perte, comment l'accepter ? Comment se reconstruire après ?

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0

Publié le 19 Février 2021

Dans un premier temps, qui ne dure heureusement pas, la lecture de ce roman est gâchée par une traduction calamiteuse, des fautes d'expression surgissent inopinément.

Puis assez vite, cette excellente histoire, aux ressorts si justes, a pris le dessus.

Ce besoin de réussir sa vie, ce besoin de quantifier la réussite sur les critères matériels est si bien décrit.

Les revers de situation sont bien vus aussi et, cerise sur le gâteau, il y a une bonne dose d'humour. Un régal.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0

Publié le 17 Février 2021

La Drina est une rivière qui sépare la Boznie-Herzégovine, la Serbie et le Monténégro. Le pont est le sujet de ce livre, et à cet endroit il n'est pas question du Monténégro. Le pont a été construit par un vizir turc au 16ème siècle. Les méthodes de recrutement des ouvriers étaient brutales, voir cruelles. Andric raconte toutes les péripéties diverses de la construction du pont, puis tous les évènements qui s'y déroulèrent. Où l'on découvre la puissance de l'empire Ottoman, puis comment celui-ci s'est désagrégé en quelques années alors qu'il régnait sur la vie de millions de gens pendant des siècles. L'invasion des autro-hongrois est stupéfiante, il n'y a aucune lutte armée, l'annexion est administrative, avec son cortège de règles, de mesures, de frénésie d'activité. Enfin, l'arrivée du chemin de fer ouvre les esprits de certains jeunes partis étudier et revenant avec des idées révolutionnaires, se confrontant avec ceux qui sont restés, sur fond de liberté et de consommation croissante. En ces lieux cohabitent de tout temps des musulmans, des chrétiens, des orthodoxes et des juifs. Les gens ont des origines géographiques diverses, les familles se déplacent au gré des invasions incessantes à cet endroit oscillant entre l'Orient et l'Occident.

 

La lecture peut se révéler un peu fastidieuse, difficile par manque de virgules qui oblige à relire les phrases. Andric prend tout son temps, n'hésite pas à répéter des faits, écriture d'une autre époque, où le lecteur était peu pressé. Mais il ne faut pas s'arrêter à ces désagréments. Ce livre nous présente une constellation de vies, avec leurs espoirs, leurs combats, leurs envies. Chaque personnage est intéressant et constitue à lui seul un petit roman. L'ensemble crée une mosaïque riche et variée.

Malheureusement, les états détestent les populations riches et variées, trop compliquées sans doute à assujetir. « Diviser pour régner » est la doctrine que les dirigeants ont appliqué à ce lieu maudit, où chacun méritait d'avoir sa place. Le poison s'est diffusé pendant tout le vingtième siècle. Ce livre est une leçon d'histoire, sur les difficultés rencontrées par ces gens qui n'ont pas envie de faire la guerre, ils ont envie de vivre gentiment, de leur labeur, voir les enfants grandir, des choix universels, en somme.

Andric a reçu le prix nobel de littérature quinze années après la parution en 1945 de ce roman. Il est peu connu car il ne voulait pas de publicité. Pour autant, ce livre est à classer avec « Vie et Destin » de Vassili Grossman, ces livres très éclairants qui abordent les conflits par la petite porte, celle des gens qui ont eu à les subir sans se sentir concernés.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature serbe

Repost0

Publié le 10 Février 2021

Les règles de la société indienne envers ses femmes sont mises à nues dans ce roman. Ainsi, une femme se punit elle-même d'être une femme ! La belle-mère vole et exploite la belle fille lorsque celle-ci entre dans la famille. Et la belle-fille doit faire des cadeaux somptueux, dont elle n'a pas les moyens, à cette belle-famille !

C'est un livre plein d'odeurs, d'images, les bracelets colorés, la bibliothèque … une plongée dans cet univers si lointain. Vraiment un très beau roman.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature indienne

Repost0

Publié le 9 Février 2021

Tom Wolfe raconte avec beaucoup d'humour, très grinçant, la vie de personnages très intéressants. Le sujet central est la ville d'Atlanta aux Etats-Unis. Voici un livre très agréable à lire et amusant, trop rare, plein d'idées.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0