Impuissance en Syrie

Publié le 13 Décembre 2016

Les informations sont sans appel : Alep est morte, la démocratie aussi. Il me revient en mémoire les premiers soubresauts de révolution en Syrie, plus ou moins suivis. Un article dans Elle qui raconte que les responsables de la communication de Bachar El Assad sont de toutes jeunes filles incompétentes ... sans transition des témoignages de médecins syriens sont diffusés sur France Culture, témoignages épouvantables, terrifiants, difficiles à écouter. Nous devons être en 2013. Puis vient la promesse de Barack Obama : si les armes chimiques sont employées les US interviendront. OUF ! nous n'avons jamais été déçus par ce prix nobel de la paix. Hélas rien ne se passe après l'arrivée des preuves de l'utilisation des fameuses armes chimiques. L'explication (trop technique pour être largement donnée dans les médias ?) viendra bien plus tard. Barack Obama ne peut pas demander à son congrès républicain d'aller seuls à la guerre puisque l'assemblée du Royaume Uni n'a pas voté sa participation ...

Et voilà les russes se sont emparés de l'affaire, je n'ose même pas imaginer qu'ils aient fait alliance avec Daech pour la reprise de Palmyre pour faire diversion en ce qui concerne Alep.

Que dire encore ? Que nous sommes impuissants ? Que nous avons passé notre temps à nous déchirer entre européens pour ne pas accueillir les réfugiés et que nous n'avons rien tenté. Pire encore, nous avons négocié avec un tyran turc pour qu'il "trie" à notre place ces malheureux.

Nous avons su défiler dans la rue pour défier les terroristes après l'attentat de Charlie Hebdo mais là rien ne vient.

Quel message d'impuissance nous envoyons maintenant aux russes ? aux syriens meurtris ? comment pourront-ils s'en remettre ? Vu d'ici aucun syrien n'a pu être épargné. S'en remettre alors qu'ils ont été abandonnés par tous, y compris par ceux qui se revendiquent des droits de l'homme. Que peuvent-ils ressentir quand il y a l'odieuse préoccupation de la destruction des sites archéologiques alors que des gens sont torturés juste à côté ?

Quelle colère cela va-t-il provoquer ? Ils sont seuls, n'ont plus rien, encore moins que rien à perdre.

Nous avons de formidables outils de communication, ce qui nous autorise à ouvrir les yeux. Nous avons eu les conflits entre hutus et tutsi, les conflits dans les balkans, et maintenant la Syrie. Cette fois, y aura-t-il y un tribunal international ? Quelle crédibilité ? Comment juger quand on est resté les bras croisés ?

Quel discours Daech va pouvoir construire sur notre lâcheté bien cruelle ? Quelles valeurs pourrons-nous revendiquer ?

Comment dire pardon à toutes ces victimes ?

Comment ne plus jamais recommencer ?

 

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Eclat de voix

Repost 0
Commenter cet article