Suite française d'Irène NEMIROVSKY

Publié le 9 Août 2017

Récit de la débâcle de 1940 en France, écrit au moment des faits, ce qui surprend énormément car le style et la force de l'écriture sont très modernes.

La capitulation est vécue différemment selon la situation de chacun : il faut préserver ses possessions, garder son statut social .... certaines scènes sont cruelles ou jubilatoires. Seule la nature, très joliment décrite, semble avoir toute sa raison dans ce monde de fous.

Impossible de s'ennuyer avec ce récit où il se passe tout le temps quelque chose, avec des personnages hauts en couleur comme cette mère, aveuglée par l'amour pour son fils, d'une bêtise et d'une méchanceté plus vraie que nature. Irène Némirovsky réussit à dépeindre une histoire d'amour crédible avec un allemand, sans juger, alors qu'elle aurait pu elle aussi être aveuglée par la haine de tous les allemands.

A ce propos, il faut lire les notes et correspondances proposées après le récit, elles font froid dans le dos. L'arbitraire est horrible, injuste et nous guette sans cesse, sauf que nous ne sommes attachés qu'à nous-mêmes et à l'instant, ce qu'elle montre si bien dans ce livre. Difficile de ne pas penser à tous les réfugiés qui affluent chez nous, victimes de l'arbitraire chez eux et ici. La famille d'Irène Némirovsky avait déjà été persécutée en Russie et c'est terrible que la génération suivante n'aie pas pu être sauvée du désastre et n'ai pas choisi de s'installer ailleurs qu'en France.

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost 0
Commenter cet article