Mon nom est rouge d'Orhan PAMUK

Publié le 18 Septembre 2017

Livre très brillant avec une belle écriture, une construction exceptionnelle, chaque chapitre est raconté par un protagoniste qui peut être une couleur, et très instructif sur la société turque de Constantinople à la fin du 18ème siècle.

Mais il s'agit plus que cela, il y a une histoire d'amour pas si simple, une histoire de changement d'histoire car on passe de la peinture qui représente ce que Dieu voit à une peinture qui représente ce que l'homme voit, une histoire de crime atroce suivi d'un autre crime atroce. Tout se répond comme dans un miroir infini.

Pamuk explique aussi les conséquences du changement de représentation graphique sur la mentalité des hommes, le fait que n'importe qui peut se faire réaliser son portrait, ce n'est plus l'apanage des sultans de posséder des peintures (cachées aux yeux de tous).

Tout le récit, magnifique par ses descriptions, est empreint aussi de violence : violence physique, morale, insécurité de la position sociale. Il révèle aussi la crainte et la détestation de l'Occident, une défiance qui ôte toute curiosité et empêche toute évolution. Celle-ci ne peut venir que de Chine, de Mongolie, mais rien de bon ne peut venir de l'Occident. Très instructif.

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature turque

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article