La ville dont la cape est rouge d'Asli ERDOGAN

Publié le 13 Août 2020

Une jeune femme turque a décidé de s'installer au Brésil, à Rio, pour changer de vie. Elle donne des cours de langue pour subvenir à ses besoins. Tout ne se déroule pas comme prévu car Rio est une ville imprévisible et très déroutante. Les repères sont bien différents de ceux qu'elle connait.

Le roman commence par une chaleur oppressante, elle a besoin d'acheter des cigarettes, course bien anodine à première vue. Pourtant elle est très inquiète car le risque est grand de sortir. La violence est partout, tout le temps. Elle ne peut s'habituer à elle, et ne peut s'y soustraire. A cela s'ajoutent des conditions climatiques extrêmes. Les pluies diluviennes provoquent des catastrophes au lieu de soulager de la chaleur torride.

L'héroïne décide alors d'écrire un roman, son titre est « La ville dont la cape est rouge ». Ce sera le miroir lui permettant de surmonter ses difficultés d'étrangère. La cape recouvre tout, de sang surtout.

Ce roman moite offre des descriptions très fortes, certaines accompagnées d'humour, prouesse dans un contexte si rude.

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature turque

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article