Publié le 30 Août 2019

Laure Adler raconte merveilleusement la vie de Françoise Giroud et la première chose qui frappe, c'est tout le malheur, dès le début de sa vie, qui s'est acharné sur cette femme.

Elle s'est construite avec enthousiasme, une curiosité insatiable, saisissant toutes les occasions, pleine d'intuition.

C'est aussi l'occasion de réviser l'histoire de la France, notamment la guerre d'Algérie : notre pays a bien failli basculer dans la guerre civile.

Ce livre attachant donne vraiment envie de la rencontrer ; cette femme a fasciné la plupart des gens, même si elle n'était pas parfaite. Elle a toujours égratigné Simone Veil, ce qui n'est pas à son honneur. Mais brosser le portrait de madame Giroud dans son entier, en montrant ses faiblesses, ne nuit pas à l'impression générale. Heureusement.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 28 Août 2019

Une jeune femme anglaise à la fin du siècle dernier apprend l'existence d'une grande-tante. Celle-ci est internée en hôpital psychiatrique depuis soixante et un an. Les évènements qui suivent interpellent et s'enchainent à un rythme soutenu. Or, non seulement l'histoire des deux sœurs se découvre peu à peu, mais aussi celle de la jeune femme qui subit plus sa vie qu'elle ne la conduit.

C'est l'histoire d'une époque des apparences, des convenances, des règles de conduite à respecter, bien avant l'amour, l'affection.

Cette période n'est pas si lointaine et ses non-dits peuvent perdurer, voire laisser des traces pour les générations suivantes.

Excellent.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature britannique

Repost0

Publié le 19 Août 2019

Cette histoire, tirée de faits réels, est terrible. Des évenements s'enchainent et finissent par déstabiliser un couple à première vue uni. Ce livre décrit la folie qui désagrège tranquillement le réel. Il y a de l'humour, c'est si rare, mais l'auteur fait appel à un peu trop de théories scientifiques à mon goût.

Captivant tout de même.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature britannique

Repost0

Publié le 13 Août 2019

Un jeune homme travaille dans une radio au Pérou au siècle dernier. Il y rencontre un Bolivien amateur de feuilletons. Celui-ci déteste les Argentins et invente des histoires toute la journée. C'est un véritable personnage de roman et le lien entre fiction et réalité est ténu …

Le héros fréquente sa tante Julia par curiosité d'abord, puis découvre qu'il en est amoureux.

Ce roman est bouillonnant, très drôle, brillant, sympathique parce qu'aucun personnage n'est décevant. C'est tout simplement superbe.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Repost0

Publié le 11 Août 2019

Momo, enfant poète et philosophe, nous raconte sa vie auprès de madame Rosa, pute de Belleville qui accueille chez elle tous les enfants de pute qui lui sont confiés. Oui, le mot « pute » est abondamment utilisé dans ce roman.

Dès le début, Momo s'interroge sur la possibilité d'être heureux sans amour.

Ensuite, il hésite pour son avenir : sera-t-il terroriste ou policier ?

Les adultes autour de lui sont un peu cabossés par la vie mais ont tous en commun une grande bonté. Il y a le noir qui vient faire des envoûtements quand madame Rosa va mal, le transsexuel ancien boxeur sénégalais juché sur ses talons hauts, l'ancien marchand de tapis devenu aveugle ….

Tout ceci est bien amusant, une belle bouffée d'air frais. Sauf que. Romain Gary en profite pour égratigner notre chère patrie, nos croyances, nos religions avec un humour féroce. Par exemple, il montre combien l'administration terrorise plus qu'elle ne rend service, ou que les juifs n'ont pas été traités comme il faut au retour des camps.

En songeant à la propre vie de Gary, si brillante, il est évident qu'à son époque, il était sans doute difficile de ne pas appartenir à une catégorie claire, lui le juif résistant, érudit et étranger aussi. Malgré toutes ses nombreuses qualités, il a certainement ressenti la gêne, voir l'hostilité des autres à son encontre, et ce, d'autant plus qu'il était un homme exceptionnel, inclassable. Il l'a bien prouvé en se cachant sous son pseudonyme d'Emile Ajar pour montrer qu'il savait écrire dans d'autres registres, occasion sans doute de se moquer des cercles littéraires des années soixante-dix.

Ses obsessions font surface : la maladie, la vieillesse et la déchéance physique.

Quarante quatre ans plus tard, ce livre reste beau, drôle et touchant. Il se termine par la phrase « Il faut aimer ». Quelle belle idée !

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature française

Repost0

Publié le 11 Août 2019

Géniales sont ces nouvelles … quelle imagination !

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature britannique

Repost0

Publié le 10 Août 2019

Le point de départ de cette histoire est prometteur : un homme disparaît complètement de son ancienne vie pour se venger d'une injustice. C'est tout du moins ce qu'il ressent car ce héros n'est guère sympathique, plutôt pathétique. Il reprend son activité de metteur en scène spécialiste des pièce de Shakespeare … auprès de détenus d'une prison.

Et puis j'ai décroché car rien ne retenait plus mon intérêt. Je n'avais pas envie de voir jusqu'où irait la méchanceté imbécile du personnage principal.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature canadienne

Repost0