Publié le 27 Août 2020

Le principe de ce livre est le suivant : des internautes ont adressé à l'écrivain leurs questions. Il répond à chacune d'entre elles, parfois très indirectement, en commençant par raconter une histoire. Il lui arrive d'évoquer sa vie personnelle, ses problèmes, ceux avec sa femme, sa fille, son chagrin de voir son meilleur ami malade, tout en restant très drôle. Le rendez-vous chez la psychologue pour son fils est hilarant. Il lui arrive d'esquiver avec grâce, en régalant le lecteur d'un petit conte et nous emmène partout, en Amérique du Sud, en Allemagne. 

Les histoires peuvent s'inspirer de la réalité, ce qui va contrarier l'entourage de l'écrivain. Celui-ci en a conscience ou non, voire ne sait plus dire sa vérité.

Les questions ont-elles été inventées pour créer un type de récit complètement inédit ? Les réponses sont-elles sincères ? Aucune importance car ce tourbillon d'inventions est un vrai régal, très sensible et amusant.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature israélienne

Repost0

Publié le 13 Août 2020

Une jeune femme turque a décidé de s'installer au Brésil, à Rio, pour changer de vie. Elle donne des cours de langue pour subvenir à ses besoins. Tout ne se déroule pas comme prévu car Rio est une ville imprévisible et très déroutante. Les repères sont bien différents de ceux qu'elle connait.

Le roman commence par une chaleur oppressante, elle a besoin d'acheter des cigarettes, course bien anodine à première vue. Pourtant elle est très inquiète car le risque est grand de sortir. La violence est partout, tout le temps. Elle ne peut s'habituer à elle, et ne peut s'y soustraire. A cela s'ajoutent des conditions climatiques extrêmes. Les pluies diluviennes provoquent des catastrophes au lieu de soulager de la chaleur torride.

L'héroïne décide alors d'écrire un roman, son titre est « La ville dont la cape est rouge ». Ce sera le miroir lui permettant de surmonter ses difficultés d'étrangère. La cape recouvre tout, de sang surtout.

Ce roman moite offre des descriptions très fortes, certaines accompagnées d'humour, prouesse dans un contexte si rude.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature turque

Repost0

Publié le 9 Août 2020

Colère, tristesse, angoisse, sentiments ressentis intensément à la lecture de ce premier roman à plusieurs voix, à plusieurs époques. Il y a la grand-mère, la belle-fille, la petite fille. Pas de parole d'homme dans ce roman mais la phrase « Une femme n'est pas un homme » - titre original du livre - revient régulièrement. 

Deya grandit avec ses trois petites sœurs sous le toit de leurs grands-parents paternels. Elle doit faire face à sa condition de femme de dix-huit ans : se marier avec un inconnu choisi par sa grand-mère. Nous sommes aux Etats-Unis en 2008. Une rencontre inespérée et sa grande sensibilité vont la conduire à découvrir des secrets de famille, inavouables pour l'honneur. L'honneur tient une grande place dans cette histoire.

L'idée est de sortir de l'enfermement que consiste à être une femme palestinienne vivant aux Etats-Unis. La tradition arabe asservit dans ce cas précis la femme en lui inculquant la peur, en étant battue par son père puis par son mari. Etre femme est une malédiction et la belle-mère reproche à sa belle-fille de mettre au monde des filles, comme si elle y pouvait quelque chose ! La femme doit être mariée au plus vite pour partir définitivement de sa famille.

Dans toute cette noirceur, la lecture leur apporte un apaisement, une ouverture sur le monde et une parenthèse à leurs malheurs. Ces jeunes femmes n'ont pas le droit d'avoir leurs propres idées, on leur explique toute la journée ce qu'elles doivent penser, depuis qu'elles sont nées. Leur école est un relais et non une ouverture sur d'autres horizons. Jamais elles n'ont de décisions à prendre, ce qui les fragilisent, tout comme aucun droit de sortir seule. Ce serait la honte et elles seraient considérées comme des putains. Cette fragilisation les obligent à rester au sein de leur famille, coûte que coûte, et sont parfois menacées d'en être exclues.

Ce livre est une immense source de réflexion, très accessible, tout en finesse.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0