Publié le 29 Janvier 2021

Ces récits ont été écrits et publiés dans un journal anglais en 1857. Leurs deux auteurs ont choisi de raconter comment ils s'exercent à l'oisiveté. Pour ce faire, ils partent dans le Cumberland, comté à la frontière de l'Ecosse. L'ennui n'est malheureusement pas loin pour le lecteur quand les dialogues relatés dans ces articles n'ont ni queue ni tête.

Un épisode est digne d'une nouvelle de Maupassant mais c'est trop peu pour l'emporter sur le reste. Ces articles devaient régaler un public averti sans doute, appréciant sans réserves les deux compères, déjà très célèbres. Ils ne se cachent pas de leur qualité « paresseuse ». De plus, il faudrait lire ces articles comme tels, parmi d'autres articles, et espacés dans le temps, plutôt comme un livre. Ainsi, l'ennui serait peut-être moindre.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature britannique

Repost0

Publié le 20 Janvier 2021

Ce roman débute par l'acte de bravoure de Mevlut, un acte fou pour un garçon turc : il enlève la jeune fille dont il est tombé amoureux à un mariage. La vue de ses yeux a suffi à lui inspirer pendant trois ans des lettres enfiévrées. Son cousin l'aide dans cette expédition pour amener la belle de sa campagne à Istanbul, où ils vont vivre ensemble.

Une surprise l'attend.

Pamuk revient ensuite sur la propre arrivée de Mevlut à la capitale, ses débuts dans la vie partagée avec son père, la vente dans les rues le soir de la boza, yaourt au goût léger d'alcool. Son père est souvent en colère, se disputant sans cesse avec son frère. Les deux frères ont délimité un terrain, sur lequel ils ont construit ensemble une maison à pièce unique, dans un bidonville. Puis le frère a choisi un autre terrain, ils ont à nouveau construit une maison. Voilà comment Istanbul s'est développée et peu à peu les terrains ont été reconnus par les maires, avec ou sans pots de vin. Et ces gens sont devenus « riches » de ces parcelles insalubres. Mais ce manque de transparence a créé certains conflits.

La narration est originale : un des personnages raconte puis l'auteur reprend le récit. Jamais ennuyeuse, elle est lente, pour mieux apprécier cet étrange univers, cette ambiance, ces règles, et ressentir d'autant mieux les évènements vécus par les personnages, l'évolution de la société, l'influence de la politique et le poids des moeurs. Pamuk nous détaille avec une immense délicatesse les rapports familiaux.

Cette merveilleuse lecture à rebours de nos rythmes modernes est un genre de méditation sur le temps qui passe, l'acceptation des changements, comme voir ses filles adorées partir de la maison...

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature turque

Repost0

Publié le 6 Janvier 2021

Au début du siècle dernier, beaucoup de gens au Japon n'avaient pas de quoi se nourrir. Au point que des femmes japonaises ont préféré tenté leur chance en traversant l'océan Pacifique pour rejoindre en Amérique un conjoint prévu à l'avance.

Et certaines n'avaient jamais vu la mer. Voilà l'histoire de ces femmes désespérées. Quel fut le discours pour les rassurer ? Qui a fait l'intermédiaire ?

Malheureusement, le style n'est pas assez écrit, il s'agit plus d'un catalogue égrené. Ce sujet méritait mieux.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost0