litterature algerienne

Publié le 30 Septembre 2019

Une jeune femme est partie depuis des années d'Algérie pour travailler en France chez un éditeur, tout va bien de ce côté-là. En revanche, elle a pour seule amie une sans-domicile fixe qu'elle retrouve tous les matins sur son banc, avant d'aller travailler. Elle est aussi seule que son amie, voir plus seule car elle n'a pas d'amoureux.

Sa mère l'appelle souvent, non pas pour lui demander comment elle va, mais pour lui demander quand elle revient, définitivement.

Un jour, la mère lui annonce le mariage prochain de sa petite sœur. A ce moment-là, la jeune femme réalise qu'il va falloir affronter tous les regards et remarques de la famille, des amis, parce qu'elle est célibataire, mot jamais employé dans ce récit.

Comme toute fille, elle subit l'injonction de se marier. Or, non seulemement elle est déjà trop « âgée » mais elle ne se mariera pas avant sa petite sœur, ce qui est contraire à l'ordre établi.

Ce récit, raconté avec humour et sensibilité, va bien au delà de cette histoire de mariage obligatoire. Il montre comment toutes les règles imposées depuis la naissance écrasent et effacent la sensibilité des personnes et leur confiance en elles, d'autant plus que ces règles viennent des parents. Ceux-ci savent bien ce qui est bon pour leurs enfants, et pour leur réputation. La famille blesse alors plus qu'elle n'apporte du réconfort.

Il faut se résigner ou souffrir d'être soi. Ne pas pouvoir trouver sa place empêche de créer des liens avec les autres, et accroît la solitude.

Au delà de cette histoire, les descriptions d'Alger donnent vraiment envie d'aller voir cette ville.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature algérienne

Repost0

Publié le 18 Septembre 2019

Très triste histoire d'un homme qui ne sait pas (ne peut pas?) trouver sa place dans cette société algéroise, lui le maghrebin assimilé à un pied noir. Il est d'abord victime de lui-même sans doute parce que ses repères ont vacillé très tôt et il ne peut avoir confiance en personne.

Seule une partie de sa vie sera illuminée par son amitié avec trois garçons, très différents de lui.

La fin est un peu terne en comparaison des magnifiques descriptions de paysages, du village de Rio Salado. C'est très triste mais très beau.

C'est intéressant car cela rend compte d'une atmosphère très inquiétante, celle de la guerre civile d'Algérie, où il est obligatoire de choisir son camp.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature algérienne

Repost0