litterature australienne

Publié le 17 Juin 2020

Ce roman policier se situe dans le bush australien, il n'y pleut plus depuis très longtemps. Les habitants de la petite ville de Kiewarra sont à bout de ressources et de patience. Comme si cela ne suffisait pas, Luke s'est suicidé après avoir tué sa femme et son petit garçon. Charlotte, un an, est restée seule à hurler dans son berceau. Le père de Luke n'est pas convaincu par la version de la police du comté voisin.

Pour connaître la vérité, il envoie un petit mot laconique à Aaron Falk, l'ami d'enfance de Luke. Ce petit mot l'oblige à venir à assister aux obsèques de Luke et de sa famille. Pourquoi vient-il alors qu'ils se sont perdus de vue depuis des années ? Pourquoi a-t-il dû s'enfuir de Kiewarra vingt ans plus tôt avec son père ? Pourquoi tous ceux qui se souviennent de lui le haïssent ?

Tous les mystères s'enchainent à bon rythme et jusqu'à la dernière page.

Nous suivons Aaron Falk, au passé obscur, dans cette fournaise qui détraque les habitants. Il est un héros parfait, avec ses doutes et plein de bonté. Les descriptions sont très éloquentes, transpiration garantie, comme l'ambiance surchauffée du pub, avec le bruit des machines à sous, les mères de famille au bord de la crise de nerfs, la chasse au lapin et la rivière à sec. 

Excellent polar « avalé » en deux jours, digestion parfaite.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature australienne

Repost0

Publié le 8 Août 2017

Attention à ne pas se laisser piéger trop vite par les personnages à première vue bien stéréotypés. La vérité est toujours plus complexe. Aucun n'est parfait, il est juste humain. Notre vision des faits s'élargit au fur et à mesure que le récit est raconté par un des personnages, dont les pensées nous sont par moments révélées. Chacun est radicalement différent des autres, et constitue à lui seul une histoire. Régulièrement la situation peut basculer ou s'améliorer et l'auteur montre avec brio que tout tient à un fil, une vexation au mauvais moment par exemple.

Le livre donne à voir la société australienne et le microcosme grec dans cette société. Il y a du machisme, de la violence, du sexe, et rien n'est gratuit. Un enfant reçoit une gifle et tout bascule. Il n'est pas éduqué et agresse les autres, persuadé sans cesse par sa mère qu'il est victime des autres ...

Cette histoire nous dépeint nos préjugés, vécus comme une fatalité, la solitude des êtres face à leurs choix, les compromis dans le couple, le ressenti de la maternité, la transmission des valeurs ... et en quoi peut-on affirmer qu'une vie est réussie ? Histoire très riche, très profonde, pleine de surprises et déconcertante parfois.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature australienne

Repost0