litterature indonesienne

Publié le 7 Janvier 2020

Il s'agit du deuxième tome du Buru Quartet, récit en quatre parties, relaté d'abord oralement par l'auteur à ses co-détenus sur l'île de Buru, de 1965 à 1979.

Minke, le héros, affronte de nouvelles épreuves et découvre le colonialisme avec la spoliation des paysans, les injustices.

Etant instruit et journaliste, il a à cœur de prendre leur défense en racontant dans ses articles ce qu'il a pu observer.

Minke dialogue avec un Chinois venu le rencontrer pour être interviewé. Cet homme lui explique que les Chinois ne veulent pas être colonisés. Il évoque le cas exceptionnel du Japon, pays non colonisé, traité comme leur égal par les Européens. La course à la modernité a commencé, sans états d'âme et au prix de renoncements culturels.

De plus, les colonisateurs n'avaient aucun intérêt à développer l'éducation des Javanais car éduquer, c'était prendre le risque de favoriser l'auto-détermination.

Jamais je n'ai ressenti aussi clairement l'oppression d'un peuple innocent par la colonisation, à travers ces récits sans doute vrais. En particulier, est racontée l'histoire de cette jeune fille violée par le patron hollandais de la sucrerie qui se rend directement dans les maisons des pauvres paysans pour « se servir ». Comme si le chagrin et la honte de la jeune fille n'étaient pas suffisants, le violeur réclame qu'elle soit à lui désormais. Je ne dévoile pas la suite… impensable.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature indonésienne

Repost0

Publié le 8 Mars 2019

L'auteur raconte l'histoire de sa grand-mère, Gadis Pantai, née au début du 20ème siècle sur l'île de Java. Jeune fille de quatorze ans, élevée dans un village de pêcheurs, elle est amenée par ses parents à un Bendoro. Il est un homme riche, respecté, très pieux …. et il l'épouse en la violant !

Elle est plongée dans un isolement total du jour au lendemain, elle qui a grandi au bord de la mer. Non seulement elle est privée de liberté, mais on tente de lui changer sa personnalité. Une vieille servante la guide dans son nouveau rôle de maitresse. Gadis Pantai n'a pas le droit de s'exprimer, de contester et même de pleurer. On la console avec des parfums et des bijoux, cela lui est égal. Elle veut retrouver sa cabane au bord de la mer, les autres, la vie.

Le style est superbe, la lecture est fluide, imagée, on suit la jeune fille dans son malheur. Difficile à lâcher … car on voudrait comprendre ce qui se passe. En toile de fond, il y a la répression hollandaise et son régime colonial. Les autres n'ont pas dû faire mieux mais les Pays Bas ont occupé cette partie du monde pendant des siècles, affectant la société sur plusieurs générations.

A un moment, le Bendoro, le maître, dit à Gadis Pantai qu'elle est intelligente. Est-ce que cela pouvait la sauver de son destin de reproductrice ? Ou au contraire, lui nuire, car une femme intelligente est évidemment dangereuse et déstabilise l'ordre établi par le Bendoro, sous couvert d'appliquer les principes de la religion musulmane. Celle-ci fait partie de la vie, comme le soleil se lève et se couche. Voilà aussi un intérêt pour le roman car le lecteur peut mesurer l'ancrage social de la religion qui définit les places, les rôles de chacun dès sa naissance. Il ne peut y avoir de surprise dans cet univers ordonné par Dieu. Un siècle plus tard, comment cela se passe ?

Dès qu'elle s'est insurgée contre sa condition, Gadis Pantai est seule, sans qu'elle en soit consciente tout de suite. Ses parents ne l'ont pas préparée à ce destin, sans doute pour la préserver, aussi par fatalisme. Ils sont résignés parce qu'écrasés par ces règles impossibles.

La solitude de Gadis Pantai est semblable à celle de migrants, qui ont dû partir, rejetés de là où ils viennent et rejetés où qu'ils aillent. C'est un livre cruel car il raconte le malheur subi par des gens candides, ayant pour valeur la beauté de la nature, la gentillesse et la confiance envers les autres.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature indonésienne

Repost0

Publié le 8 Janvier 2019

Voici le grand roman dont rêve tout lecteur … L'histoire se déroule en Indonésie, sur l'île de Java, à la fin du 19ème siècle. Le héros n'a pas de nom officiel, il n'est rien dans cette société des Indes Néerlandaises, il est un indigène. Il a la chance d'étudier dans un lycée réservé aux néerlandais et aux métis. Comment se fait-il qu'il puisse y suivre des cours ? Mystère. Il y a nombre d'interrogations et certaines réponses arrivent bien plus tard dans le récit. Nous sommes constamment tenus en haleine.

Le décor est magique, imagé, c'est rare de se sentir à ce point plongé dans un univers.

Le jeune héros a le cœur pur, et est assez intelligent pour ne pas juger. Son ami français, Jean Marais, réalise les commandes en bois pour des clients dénichés par le jeune homme, pour gagner un peu d'argent. Un garçon du lycée le conduit dans une riche demeure pour y manger du veau … Oui, c'est étrange mais pas autant que pour le jeune garçon qui vit cette expérience avec avidité. Et là débute l'enchantement du récit, les personnages de cette maison intriguent, ont des comportements inexplicables. Tout s'enchaine et le garçon se trouve empêtré malgré lui dans des aventures qui le dépassent. Les histoires se mêlent les unes aux autres.

A la toute fin du livre, il est précisé que Toer a raconté de 1973 à 1975 cette histoire, à ses amis de détention dans la prison de Buru. Cela donne une dimension supplémentaire à ce roman impressionnant. En effet, l'auteur a passé une grande partie de sa vie en prison, à différentes reprises, considéré par les dirigeants de son pays comme une personnalité gênante. Cela alla jusqu'à empêcher cet auteur de recevoir le prix Nobel de Littérature. Cette histoire nous est parvenue très récemment. Elle a tout d'abord été traduite de l'anglais, d'après une traduction de l'indonésien vers l'anglais. La dernière édition date de 2017 pour une nouvelle traduction de l'indonésien vers le français.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature indonésienne

Repost0