Publié le 22 Mars 2017

D’abord il y a Ifemelu, l’héroïne, la magnifique, imparfaite, juste, pleine de grâce, d’intelligence et d’humanité. Le lecteur la suit dans toutes ses expériences, heureuses ou hasardeuses. Il est pris de court à plusieurs reprises par son caractère imprévisible, tout comme elle qui ne s’explique pas ses virements parfois radicaux.

Rarement, ce cheminement intérieur est aussi bien décrit.

Ce livre exceptionnel rend compte aussi de la société nigérianne, de la société américaine, ou encore la société britannique par de multiples détails, petits faits, relatés avec sensibilité. Les phrases tendues et les mots exacts donnent de l’intensité aux événements.

Je rêve de rencontrer Chimamanda Ngozie Adichie, dans l’espoir qu’elle soit un peu comme Ifemelu, à laquelle je me suis beaucoup attachée tout au long de cette histoire.

Je voudrais trouver les mots qui conviennent pour donner envie de lire ce livre, le meilleur livre que j’ai eu la chance de lire depuis longtemps.

Enfin, ce livre a été sélectionné pour le prochain marathon de lecture new-yorkais. Alors, par curiosité au moins, laissez vous tenter pour connaitre ce qu’aiment les lecteurs outre-atlantique.

 

AMERICANAH est le livre gagnant de the One Book, One New York campaign. NYC.gov/OneBook #OneBookNY Made in NY

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Littérature américaine

Repost 0

Publié le 13 Mars 2017

Une mauvaise comédie vient de se dérouler en trois actes.

1er acte : il est accusé de quelque chose et il ne comprend pas de quoi. Normal, il est tellement hors de la réalité.

2ème acte : il s’excuse mais sans jamais dire à quel propos et promet de partir si il est mis en examen.

3ème acte : mis en examen, il fait alliance avec son pire ennemi pour garder la place, aux dépends de celui qui pouvait encore donner des chances à son parti.

 

Moralités :

  1. Il sacrifie sa femme. Savait-elle tout ce qu’elle gagnait ? On est en droit de se poser la question, elle a l’air perdue, elle ne dit rien. Qui voudrait d’un responsable exposant sa femme jusqu’au bout, pour sa propre ambition ? Quelle ironie pour une personnalité politique qui met en avant la famille, à moins que sa conception soit la suivante : le père dirige sa famille en fonction de lui.
  2. Il sacrifie son parti. Tout le monde panique, veut partir ou surtout le faire partir. Il s’accroche. Certains tentent de le raisonner. Non, il n’est pas raisonnable et après quelques manigances et concessions, l’autre candidat potentiel et lassé est évincé.
  3. Il se pose en victime, défense du pauvre sans défense. Qui peut croire qu’il en est une alors qu’il ne réalise pas que 7000€ par mois feraient le bonheur de beaucoup ? Or il s’agit ici d’un « complément » à tous ses traitements de député, ex premier ministre et j’en passe. A-t-il déjà acheté un ticket de métro ou un pain au chocolat ? Son énorme décalage avec la vie de tous ne l’empêche pas de se présenter en martyr des médias. Il semblerait que personne n’a pu lui expliquer en quoi cela pouvait être grotesque ou pathétique. A moins qu’il n’aie pas compris, ou pire pas voulu comprendre …

 

Voilà un homme tellement hors sol qu’il ne sait plus mesurer la gravité des faits, ne pense qu’à lui, quitte à sacrifier sa femme, son parti, sans jamais se demander ce que peuvent penser ses électeurs. Il ne lui vient pas à l’idée - peut-être faute de ne pas l’avoir fait depuis trop longtemps - de dire précisément l’objet de ses excuses. Or il répète à l’envi qu’il s’excuse, ultime geste de bonne volonté de sa part ?

 

Cette attitude est une violence à l’encontre de la démocratie, elle fait le jeu de Marine Le Pen qui dénonce à tour de bras le système.

 

Nous méritons mieux que cela, nous avons besoin de personnes exemplaires.

Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai entendu dans notre belle campagne privilégiée des propos bizarres.

« J’ai 70 ans, et je paie des impôts depuis l’âge de 20 ans ». Eh bien oui, pourquoi devrai-je en payer ? pourquoi ne pas profiter aussi ? et c’est pour payer les députés ?

« Je pense qu’ils sont tous juifs dans le gouvernement » Oui, vous avez bien lu, cela me laisse coite …

 

Allons, ne baissons pas les bras, il y a plein de gens bienveillants, pétris d’humanité, malgré tout.

Voir les commentaires

Rédigé par Hélène Daumas Objectif Livre

Publié dans #Eclat de voix

Repost 0